WILLY [GAUTHIERS VILLARS (Henri) dit]

Lettre autographe signée de Willy à Octave [Maus] (1856-1919), fondateur de l’Art Moderne (1881-1914) avec Edmond Picard et Eugène Robert.

s.d. circa 1900

2 pp. in-12 à l'en tête du Château de Chenevoux

Très amusante lettre où il est question de l'acquisition de lettres manuscrites de Stanislas Leszczynski (que Willy utilisera pour "Le Mariage de Louis XV" paru en 1900), des Lettres de l'Ouvreuse (pseudonyme de Willy), d'Edmond Picard (homme de lettres belge), de Colette et de Claudine.

"Merci de ton mot si gentil, ami Octave ; tu ne t'étonnerais pas de me voir confectionner de gros bouquins / congestionnés de documentation, si tu savais quel / morne dégoût j'éprouve à chatouiller les pieds / si [?] de mes contemporains avec des calembours / afin de les faire rire, - ces mufles ! /

Pour acheter les autographes de Stanislas / Leczinski, du Duc de Bourbon, etc. etc. j'ai fait / argent de tout, j'ai dépensé le paiement de / cent "Lettres de l'Ouvreuse", j'aurais vendu la peau de mes couilles si les marchands de blague à tabac / avaient eu besoin de renouveller leurs matières premières. /

Note que ce volume se vendra à quinze exem- / plaires (si j'ai de la veine) et me rapportera la / peau du sympathique Docteur Ball , originaire, / tu les sais, de Krin, car si l'on dit (avec une / vulgarité que je déplore) Peau de Ball, [Vaporen] / nous enseigne que Ball est de Krin. /

Ces considérations, nimbées / d'une philosophie farouche, ne doivent pas t'empêcher / o mon Octave, de glisser qqs lignes dans une / gazette belge, si possible sur mon bouquin, car je / me lamente de voir dans quel silence il moisit. / Colette t'embrasse / Moi je regarde le duo / que vous faites, offusqué, / Willy / - C'est vrai qu'Edmond Picard gobe Claudine / Moi / je gobe Picard !".

180 €