L’AVIS DU LIBRAIRE

 

L'exemplaire de Wolinski de l'un des grands romans graphiques de Gébé

GÉBÉ [BLONDEAUX (Georges), dit]

Lettre aux survivants

Paris, Albin Michel et Gébé, 1982

In-8 (23 x 15,6 cm), broché, couverture illustrée, 117 pp., 1 f. n. ch.

Edition originale (pas de grand papier).

Formidable et émouvant double envoi autographe signé de l'auteur : "Wolin / Tu me manques / je ne me remarierai / jamais. / Gébé / Ma chère Maryse / Tu as bien de la chance / de vivre avec l'homme / que j'aime. / Poutant je t'embrasse / Gébé".

"Initialement paru en 1981 chez Albin Michel, ce livre est précurseur du genre "roman graphique". Textes et dessins y sont éclatés dans une disposition qui sonne déjà comme de la post-bande dessinée. Lettre aux survivants est comme le noir reflet de L'An 01: l’Utopie n’a pas marché, les Années 80 sont là avec leur cynisme et leur arrogance, et la peur nucléaire est à son comble. Cette forme d’avertissement, aussi politique qu’humoristique, raconté par Gébé, n’a pas pris une ride." (Site de L'Association, excellent éditeur indépendant qui réédita Lettre aux survivants en 2002 dans la collection Côtelette).

Gébé y met en scène des survivants d'une catastrophe nucléaire, calfeutrés dans des abris anti-atomiques dont la vie est rythmée par la réception de courriers, délivrés et lus par un facteur en combinaison anti-radiations. A travers ces missives fantaisistes et absurdes, Gébé évoque, avec ironie et lucidité, les maux de la société occidentale moderne.

Georges Wolinski (1934-2015) et Gébé (1929-2004) furent des amis proches. Ils collaborèrent dès 1961, au journal satirique Hara-Kiri créé en septembre 1960 par François Cavanna et Georges Bernier alias le professeur Choron. Il furent ensuite tous deux de l'aventure Charlie-Hebdo. Gébé en dirigera un temps la rédaction jusqu'en 1985, Wolinski y perdra la vie 30 ans plus tard dans les circonstances que l'on sait.

Ils étaient de très grandes figures de la bande dessinée. Nous les regrettons.

Nous ne pouvons nous empêcher de penser à la lettre qu'ils pourraient adresser aujourd'hui aux survivants.