Agrandir

ÉLUARD (Paul)

Une leçon de morale

Paris, Gallimard, 1949

In-12 (18,8 x 12 cm), broché, couv. imprimée, 174 pp., 5 ff. n. ch.

Edition originale sur papier d'édition (après 8 Hollande et 55 vélin pur fil Lafuma Navarre).

Bel envoi autographe signé de l'auteur : "A Colomba / A Guillevic / qui n'ont pas besoin de / leçons de morale, / mais le vieux professeur / a besoin de leur amitié / Paul Eluard".

Bandeau conservé : "Je ne regrette rien : J'avance ".

Très bel état.

«Ce nouveau recueil de vingt-sept poèmes inédits en majeure partie marque un moment important dans la vie de l'auteur et dans son œuvre. "Je me suis voulu moraliste, dit-il dans sa préface. Combien de fois ai-je dû me répéter, avec cet entêtement absurde du combattant discipliné : "Ce qui est mal te fait souffrir ou fait souffrir les autres, mais ce qui est bien est juste et harmonieux et sage, dans tous les sens ; tu le sais, ne ruse pas." Car ruser avec le bien s'avère toujours plus possible que de conserver son mal. On ruse avec la vie, on ne trompe pas la mort." Mais ce bien et ce mal, quels sont-ils? "Combien de fois ai-je changé l'ordre de ces poèmes, remis au bien ce qui était au mal, et inversement? Le jour suivait-il la nuit ou la nuit le jour? Je suis d'humeur changeante, mais ni l'aube pour moi, ni le crépuscule, jamais ne trébuchent. Ils se transforment. Le mal doit être mis au bien. Et par tous les moyens, faute de tout perdre. Contre toute morale résignée, nous dissiperons la douleur et l'erreur. Puisque nous avons eu confiance."»
(Bulletin de la NRF n° 30, déc. 1949)

350 €