Agrandir

BAUDELAIRE (Charles)

Les Paradis artificiels

Opium et haschisch

Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1860

18,9 x 12,2 cm, demi-vélin à la bradel, pièce de titre en maroquin rouge, couvertures conservées, 2 ff. (faux-titre et titre en rouge et noir), IV pp., 304 pp., 1 f. table, 1 f. blanc.

Edition originale.

Exemplaire de première émission avec la couverture et la page de titre à la bonne date de 1860.

Elégante reliure moderne en demi-vélin à la bradel. Les couvertures conservées comportent quelques taches, petits manques angulaires, le second plat doublé en marge. Etiquette de la Bibliothèque A. van Robais en page de titre. Deux cachets humides découpés en page de faux-titre et titre, comblés par des papiers rapportés. Pour le reste en très bonne condition.

Le catalogue de la librairie Poulet-Malassis et de Broise placé en quatrième de couverture indique que la seconde édition des Fleurs du mal est sous presse (la première étant épuisée).

Baudelaire avait gouté au haschisch très jeune, vers 1843, avec le Club des Haschischins. Ses souvenirs occupent la première partie du livre. La seconde partie, Un mangeur d'opium, célèbre les voluptés de ce stupéfiant, évoquées à travers l'étude des Confessions de Thomas de Quincey dont il reprend la formule anglaise opium-eater. Il ne s'agit pas d'une adaptation mais d'une oeuvre originale, malgré les nombreuses citations qui s'amalgament à la pensée de Baudelaire. Il fut si satisfait de l'ouvrage que, parlant d'une éventuelle réédition avec Michel Lévy, il dira : "Rien à remanier, le livre est très bien comme il est."

Carteret I, 126-127. Oberlé, Poulet-Malassis 228

2 500 €